Sri Lanka

Un week-end sur la côte est dans les environs de Trincomalee

Troupeau de vacges promenant sur la plage de Nilaveli au Sri Lanka

Camille, chargée du référencement web au sein de l’agence Mai Globe Travels nous raconte, son week-end entre amis dans les environs de Trincomalee, entre snorkeling, visite culturelle et pêche.

Première matinée, Pigeon Island

Nous avons commencé notre week-end en allant visiter l’île de Pigeon Island. Ce parc national se trouve à environ 1km des côtes, face à la superbe plage de Nilaveli, au nord de Trincomalee. L’étonnant nom de cette île, Pigeon Island, vient du fait que de nombreux pigeons de roches l’ont élue comme lieu de reproduction. Pourtant, l’attrait de l’île n’est absolument pas dû à la présence de ces oiseaux mais plutôt à sa riche faune marine !

Effectivement, cette île est un véritable aquarium à ciel ouvert où l’on trouve plus de 300 espèces de poissons, mais aussi plusieurs variétés de tortues et requins. L’un des requins les plus présents est le requin à pointe noire, un requin que l’on trouve abondamment près des récifs coralliens tropicaux de l’océan Indien. Ce requin d’une longueur de 1,6 m en moyenne est très impressionnant bien qu’inoffensif. Il s’approche jusqu’à 2 mètres du bord et n’a pas l’air dérangé par la présence humaine. Heureusement, car le moins que l’on puisse dire c’est que les touristes y sont nombreux, et c’est tout là le malheur de l’île, les visiteurs ne se rendent pas compte de la fragilité et de l’importance de ne pas marcher sur les coraux déjà en piteux état à cause du tsunami de 2004… Malgré les avis négatifs que l’on peut trouver sur TripAdvisor, nous en garderons un excellent souvenir et n’hésiterons pas à y retourner !

Rencontre avec un requin à pointe noire
Rencontre avec un requin à pointe noire – © P. Lerat

L’après-midi, visite du temple de Koneswaram

Le temple hindou de Koneswaram est perché au sommet du rocher nommé Swami Rock, qui domine la ville de Trincomalee. Pour se rendre au temple, nous n’avons pas d’autre choix que de traverser la base militaire, toujours en activité, située dans le fort Frederick, datant de 1615. La forte présence militaire peut paraitre quelque peu surprenante mais pas moins que les innombrables daims que l’on aperçoit partout dans le fort !

Une grande montée nous attend pour accéder au temple mais celle-ci n’est pas bien longue (moins de 10 minutes) et elle est superbement ombragée par de gigantesques arbres banians. Arrivés en haut nous traversons une sorte de marché, ce sont des échoppes vendant toutes sortes d’offrandes ainsi que des stands de fruits et noix de cocos, idéal pour une petite pause gourmande…

Il nous reste ensuite quelques dizaines de mètres pour arriver au temple Koneswaram dédié à Shiva. Nous y apercevons en arrivant une grande statue de Shiva reconnaissable grâce à son trident. Nous découvrons ensuite le bâtiment principal qui est, dû à des années de guerre, plutôt en mauvais état mais toutefois intéressant à visiter. À la sortie du temple on peut assister à un étonnant rituel qui consiste à casser une noix de coco. Ce rituel se fait juste à côté de deux magnifiques arbres à souhait recouverts de centaines de cages à vœux. Nous finissons la visite par la petite traverse creusée à même la roche qui longe le flanc de la falaise. Ici, à 130 mètres de hauteur, la vue sur la mer est magnifique.

Vue depuis le Swami Rock, en premier plan une divinité hindoue et une cage à vœux
Vue depuis le Swami Rock, en premier plan une divinité hindoue et une cage à vœux

Dimanche poisson au menu       

Le dimanche matin, c’est très (trop) tôt que nous sommes partis pour une partie de pêche avec un pêcheur local. C’est à quelques centaines de mètres de la plage seulement que nous avons posé l’ancre afin de commencer à pêcher. Le pêcheur avait déjà préparé nos cannes, ou devrais-je dire, nos fils, puisque c’est armé d’un simple fil avec deux hameçons que nous avons pêché. Ici pas d’asticot mais des morceaux de petits poissons, un peu ragoutant j’en conviens, mais très efficace puisqu’il ne fallait guère plus d’une minute pour remonter un poisson (bien que mon ami Thomas, seul malheureux à être rentré bredouille, ne sera pas d’accord sur la facilité de la pêche à Trincomalee !).

En moins de deux heures nous avions terminé les appâts, nous sommes donc rentrés. Nous avions de toute façon largement de quoi manger et nous avons d’ailleurs partagé plus de la moitié de notre incroyable pêche avec notre sympathique capitaine.

Une fois rentrés à la guest house nous avons pu faire préparer nos poissons au grill et nous avons profité de la superbe plage au sable dorée en attendant le déjeuner. Cette longue et belle plage est aussi très surprenante, on y voit passer des vaches !

L’incroyable plage de Nilaveli

Les meilleures choses ont une fin… retour à Colombo !

Si pour mes amis, à la moitié de leur périple au Sri Lanka, la journée n’est pas terminée, c’est déjà pour moi la fin du week-end. En effet, au Sri Lanka les transports ont l’avantage d’être très peu chers mais ils sont en revanche extrêmement longs. C’est donc juste après ce festin que je regagne la gare de bus de Trincomalee pour rentrer à Colombo. Par chance il s’agit d’une gare de départ et non de passage, il reste donc des places assises, rares et précieuses !

Par manque de temps, nous n’avons pas pu aller observer les baleines au large des côtes – aucun regret puisqu’il ne s’agissait pas de la meilleure période qui s’étend du mois de mai à octobre à Trincomalee. La ville a la réputation d’avoir une concentration importante de cétacés et les plus grands spécialistes du sujet viennent ici pour faire des observations. Il est même possible (pour les plus patients) d’observer des baleines depuis le Swami Rock !

Aperçu d'une baleine

Si ce petit récit vous donne envie de visiter le Sri Lanka mais que vous ne savez pas quelle est la meilleure période, sachez que l’île a beaucoup à vous offrir quel que soit le moment de l’année, les experts voyages de Mai Globe Travels seront vous proposer le meilleur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *